jeudi 26 septembre 2013

Tout commence ici...

A propos du nom de famille Le Gall

J'ai commencé mes premières recherches au milieu de l'année 2011 en commençant mon arbre généalogique auquel j'ai graduellement accumulé un certain nombre d'information et dont le puzzle se mettait en place petit a petit.

Devant le nombre croissant de Le Gall présent dans mon arbre généalogique, j'ai pris la décision d'inscrire mon nom de famille sur le site one name (en cours de mise a jour) afin de partager mes recherches avec des chercheurs anglophones mais aussi francophones et surtout en apprendre davantage sur les autres branches et enfin d'accentuer les contacts avec les porteurs de ces noms qu'ils soient en Basse Bretagne ou d'ailleurs...

Les informations recueillies sont tirées de livres, d'études et sites web et les sources seront mentionnées pour en attester leurs origines.


Un nom de famille très varié et bien ancré en Bretagne

Bien que le nom de famille soit très répandu en France, il est le 1er nom de famille en Bretagne (Pays de Loire inclu) et se trouve aussi sous différentes appellations et dans différents endroits du globe (aux Etats-Unis et Canada par exemple - Source Ancestry).

AN GALL, AR GALL, ARGALL, EN GALL, GALIC, GALLIC, KERAGALL, KERANGALL, KERGALL, LE GAL, LE GALIC, LE GALL, LE GALLE, LE GALLIC, LE GALLO, LE GALLOU, LE GALLYC, LE GUALL, LEGAL, LEGALL

Il est ainsi le 1er nom dans le Finistère (Source INSEE - Carte des patronymes de France - 2007) et surtout présent a Plougastel-Daoulas, le 7e dans le Morbihan, le 13e en Ille-et-Vilaine, le 15e dans les Cotes d'Armor et le 30e dans le Territoire de Belfort. (Chiffres fournis par geopatronyme.com basés sur les chiffres de l'INSEE)

Le patronyme Le Gal est également très répandu en Bretagne et notamment a la 1ere place dans le Morbihan. Le Galle et Le Gallo sont mentionnés dans le Morbihan également.


Kerangall et Kergall et Le Gallou sont davantage présents dans les Cotes d'Armor.


Est également mentionné Legal dans les Pays de la Loire



Origine du surnom

Le Gall est un nom très ancien, bien que mon arbre généalogique s'arrête en 1605, il atteste de la longévité de ce nom sur plus 400 ans d'Histoire.

Différentes études proposées et basées sur des hypothèses sont actuellement disponibles dans les librairies ou sites commerciaux en ligne, et notamment "Noms de Famille Bretons" proposé par Hervé Abalain - Professeur émérite a l'Université de Bretagne Occidentale dont j'ai fait l'acquisition récente propose la version suivante :

Legal / Le Gall - L'article Le est souvent accolé au nom en Haute-Bretagne
Le Gal / Le Gall - Désigne l'étranger, le Français ou l'habitant du pays "gallo"

Toujours selon Hervé Abalain, Gall et ses dérivés GallouGalliou, contiennent le mot irlandais [gall] qui signifie "bravoure". Saint Gall, qui séjourna en Bretagne, était d'origine irlandaise. Il fonda la célèbre abbaye de Saint-Gall, en Suisse (N.B.: Ne pas confondre ce nom avec Le Gall...Gallou et Galliou désignaient des guerriers valeureux.


Le dictionnaire Celto-Breton ou Breton-Francais par J. F. M. M. A. Le Gonidec en 1821 propose la définition suivante :




Dans le livre de Francis Gourvil "Noms de famille bretons d'origine toponymique" mentionne le nom de Kerangall présent dans plusieurs lieux du Finistère a Bodilis, St Servais, Coray, Trégunc en 1936. C'est aussi un nom de lieux dans 14 communes du Finistère. 


Toujours dans le livre, l'étymologie du nom de famille Le Gall signifie "l'étranger", et n'a rien a voir avec celui des "Gaulois" ; en irlandais et en gaélique, il désignait les "Anglais" ; en gallois, le mot gal, d'ou le singulatif gelyn se traduit en "ennemi". En Bretagne bretonnante, Gall, d'ou galleg, la "langue française", désgine non seulement un "Francais", mais aussi un Breton ignorant la langue du pays, et les bretonnants de l'expression "mont en Gall" pour se rendre en pays "gallo".

Le livre fait mention de Kergall et compte 7 lieux dits dans le Finistère et dans les Cotes d'Armor (Cotes du Nord) contre 25 dans le Morbihan. Keragall - Vieux-Marché, Cotes d'Armor (Cotes du Nord 1915). Forme parlée de Kerangall. On y trouve également mention de Kerrangal a Brest et Coray dans le Finistere en 1936, cependant Francis Gourvil qualifie de graphie abusive de Kerangall.

Argall est également répertorié comme un "Nom de la Cornouaille (anglaise) dans l'antiquité" suivant le site anglais The Argall Family Name. S'en suivent quelques noms dérivés tels qu'ArgollArgillOrgall avec aussi un seul "l". Argall est aussi présent dans de nombreux pays tels que les Etats-Unis, l'Australie, l'Angleterre, Canada, Chilie, Afrique du Sud et aussi Nouvelle-Zélande et quelques pays Amérique du Sud.


Annotations historiques


(1) 1084/1131 (doc 70) - Le Gall est mentionné dans une liste de témoins dans le cartulaire de Quimperlé. "Sed legitimis testibus, scilicet Bili, An Gall ha Tocmael ha Blinliuguet Lagat..." L'individu en question était davantage connu par son surnom que son nom de bapteme. A l'époque les surnoms n'étaient pas héréditaires. Ce recueil rassemble des actes rédigés pour l'essentiel aux 11e et 12e siècle.

(1) 1205 - (doc 47) - Gall est mentionné a propos d'un Guillaume fils Gall (Uuilleimus Galli Filius) qui prit l'habit religieux. Le même document cite plusieurs témoins Eudonis, Galli, Alani, Gaufridi. Il est probable que le Gall qui figure parmi les témoins soit le pere du Guillaume précité. Curieusement, l'individu ne semble connu que par son surnom.

(1) 1223 (doc 65) : Petrus, filius Rualeni Legal 
(1) 1224 (doc 66) : Petrus, filius Ruallen Le Gal 
(1) 1234 (doc 111) : Petrus, filius Ruallen Le Gal 
(1) 1238 (doc 128) : Rolland, filius Stephani filii Le Gal 
(1) 1245 (doc 158) : Rolandi Le Gal 
(1) 1251 (doc 196) : Rollandi Le Gal 
(1) 1255 (doc 221) : Lucas, filius primogenitus Rollandi Gal de Ploagat 
(1) 1256 (doc 222) : Rollandus Le Gal, et Johannes et Gaufridus ejusdem Rollandi filii
(1) 1259 (doc 241) : Luce quondam filii Rolandi Gal 
(1) 1259 (doc 242) : Guillelmi Le Gal 
(1) 1260 (doc 257) : Guillelmo Le Gal 
(1) 1263 (doc 277) : Aanor filia Gorien, relicta Galteri Le Gal, cum assensu et voluntate Rualloni filii sui primogeniti, Petri, Henrici, ejusdem Ruellani fratrum 
(1) 1266 (doc 301) : Oliverius, filius Willelmi Le Gal 

(1) 1426 - Le Gall a été relevé parmi les patronymes les plus fréquents dans les rôles de la réformation des fouages ;

1450 - Argall a été relevé a Londres sur le site The Argles Family Tree ;


1561 - Ar Gall a été relevé a Roscoff dans des registres de Baptêmes ;


1605 - Le Gall a été relevé a Plouhinec (29) dans des registres paroissiaux ; dont l'un de mes ancêtres paternels est présent sur ces registres (cf Centre de Généalogie du Finistère)


(1) Hormis quelques actes de la fin du 13e siècle (dont les listes de Trégunc et Nevez évoquées au message précédent), le cartulaire de Quimper contient pour l'essentiel des documents des 14e et 15e siècles. Voici les occurrences relevées dans les documents 7 (Rentes du chapitre en Trégunc et Nevez) et 8 (Hommes du chapitre en Trégunc) : 

Guennreda filia Petri an Gall
Guillermus an Gall
Guido Danielis dicti an Gall 
[Gui (de) Daniel dit Le Gall

Relicta Rivalloni filii an Gall [Veuve de Rivalon fils Le Gall
Filius an Gall
Henricus gener filii Gall
Filius an Gall
 


(1) Ces différentes données confortent une possible hypothèse selon laquelle les premiers porteurs du nom Le Gall n'étaient pas des Français immigrés en Bretagne mais des Bas Bretons surnommés "le Français" (pour des raisons qui restent à définir). Pierre Yves Quémener constate : 


- la présence de porteurs dans plusieurs villages (à Trégunc et Nevez) ce qui porte à croire qu'ils étaient paysans (activité principale). S'il s'agissait de migrants français, on les trouverait plutôt dans les villes ou dans les bourgs. 


- l'absence de foyer de diffusion unique : nos sources sont limitées mais dès lors que nous en avons pour le 13e siècle, nous y trouvons des porteurs du surnom Le Gall


- dans le cartulaire de Beauport, le premier porteur connu porte un nom breton (Rivalon Le Gal), ce qui paraît étonnant pour un individu d'origine française. L'indice n'est toutefois pas déterminant : s'il s'agit d'un porteur de la deuxième ou troisième génération, il a pu recevoir son nom d'un parrain breton. 


(1) Le nom Le Gall figure dans une liste des dix noms les plus courants dans l'Evêché de Tréguier (dans l'ordre approximativement) : Le Meur, Richart, Roland, Meryen, Bellec, Quéré, Derien, Jégou, Le Cam, Le Gall. Puis suivent, Morvan, Le Bihan, Gefrroy, Hamon, Riou, Le Roux, Le Floch, Le Goff.


(1) Il est également l'un des plus courants dans les rôles de la Cornouaille mais semble moins présent dans le Léon.

(1) Dans le cartulaire de Quimper, on y trouve de nombreux Le Gall, mails il ne renseigne essentiellement sur la population cornouaillaise. L'étude de Francis Gourvil sur les noms d'hommes a Tregunc et a Nevez a la fin du 13e siècle (BSAF 106, 1978, P239-269) ou il apparait que le patronyme Le Gall était déjà l'un des plus courants.

(1) On remarque que le surnom apparaît un peu partout en Basse Bretagne dans le courant du 13e siècle. A cette époque, il y a sorte de passion pour le commerce en Bretagne, quelque soit son statut social et son activité principale. On peut lire à ce sujet quelques pages très intéressantes dans l'Histoire de la Bretagne (dir. Jean Delumeau). Le surnom pourrait avoir été attribué ainsi à des personnes ayant créé des liens commerciaux ou professionnels en territoire de langue française (inclus la Haute Bretagne). 

(1) En outre, les Bretons voyageaient beaucoup à l'époque, que ce soit pour les pèlerinages au long cours ou pour des études (généralement à Angers ou Paris). 
On en rencontre en nombre important dans la liste des habitants de la Rochelle en 1224 ainsi que dans les rôles de la taille de Paris en 1292. Voir également au siècle suivant les dépositions des témoins au procès de canonisation de Charles de Blois (1371). 


Approche du nom de famille anglais ARGALL

Comme indiqué précédemment, ARGALL est un nom anglais de la Cornouaille (Cornwall) et qui a mon sens est fort intéressant pour développer une piste de travail sur plusieurs points de vue et avec prudence :
  • onomastique - Le Gall est traduit du breton Ar Gall
  • historique - la Bretagne et la Cornouaille anglaise ont vu des vagues  de "clans" Bretons émigrés an Armorique depuis l'ouest de la Bretagne insulaire pour fuir l'invasion anglo-saxonne.
  • linguistique - le Cornish est semblable au breton comportant de légères différences
  • cartographique, des similitudes sont a noter concernant les noms données aux endroits tels Cornwall/Kerneo/Cornouaille, /Dumnoni/Domnonée 
  • génétique - de récentes études personnelles ont démontré une composition ancestrale irlandaise et britannique au sein de notre famille (plus de détails prochainement).
Source de la carte : Peuplement Breton en Armorique


Projet ADN

Des tests ADN ont vu le jour le 28 Aout 2011 ayant donné un aperçu relatif aux origines ancestrales avec 23andMe. Le projet du nom de famille Le Gall a vu le jour le 24 Octobre 2012 sur le site de FamilyTreeDNA - Projet Le Gall dont je suis l'administrateur de ce groupe.

A ce jour, un grand nombre de similitudes génétiques a certains niveaux ont permis de confirmer l'existence de nos liens génétiques irlandais et britanniques, mais n'a pas permis de mettre en commun une approche généalogique. 
Le projet est ouvert aux hommes quels que soient leur nationalité ayant l'un des noms cité ci-dessous :

AN GALL, AR GALL, ARGALL, EN GALL, GALIC, GALLIC, KERAGALL, KERANGALL, KERGALL, LE GAL, LE GALIC, LE GALL, LE GALLE, LE GALLIC, LE GALLO, LE GALLOU, LE GALLYC, LE GUALL, LEGAL, LEGALL

Il est impératif que votre nom de famille vienne de votre lignée paternelle et non de votre arrière grand-mére ou tout autre personne qui ne serait pas le père de votre père etc... en effet, le projet est basé sur un test Y-ADN.

Mise a jour le 27 Sept 2013.

(1) Information rapportée par Pierre Yves Quémener

6 commentaires:

  1. C'est dommage que ce ne soit que la lignée paternelle, car du Le Gal, Le Gall, Kergall et Karangall, j'en ai des tonnes d'ancêtres ! J'aurai aimé y participer, tant pis.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Hervé,

    Merci pour votre commentaire et bravo pour votre site, il est riche d'enseignement.

    Il est toujours possible de participer a d'autres projets dans tous les cas et vous pourriez être surpris sur vos recherches. Cependant, les tests génétiques sont basés sur le chromosome Y et X, donc le plus lointain ancêtre connu est obligatoirement celui de votre lignée paternelle et celui de votre lignée maternelle.

    Dans ce projet précis, le but est de mettre en relation la recherche traditionnelle avec la généalogie par ADN. Je recherche si des hommes ayant un nom de famille identique ou similaire au miens sont biologiquement semblables.

    Apres il peut y avoir des variantes avec le temps en raison des mouvements migratoires des noms de famille, puis d'une francisation des noms bretons par exemple.

    Dans tous les cas, je vous invite a vérifier si votre nom de famille est déjà répertorié dans le cadre d'un projet (je mettrais un billet bientot sur FTDNA).

    A bientot,

    Joss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Josselin,

      Oh j'ai sauté un peu vite sur le sujet, si en effet je ne me suis jamais intéressé sur le sujet c'est parce que je suis presque ignorant là-dessus, la biologie n'a jamais été mon fort. Bien que comme vous je suis arrivé à la limite des archives et qu'en tant que généalogiste on est toujours intéressé d'aller plus loin dans le temps, je pense que le test ADN reste la seule alternative pour se faire une idée (globale) d'où l'on vient.
      Mes grand-mères maternelles sont des Le Gal (Morbihan) et Kergall (Kerengall, puis Kerangall des Côtes-d'Armor) il n'y a aucun doute qu'il y ait des similitudes avec vous, surtout la branche Kergall.
      Aussi je ne serai pas étonné que ma branche paternelle ait des origines celtiques venant de Grande Bretagne (peuple Briton), porteur du nom de Pencalet dont j'ai vu l'écriture Penn-Kaled et il m'est arrivé de voir Penn en Écosse, mais qui apparemment avait (a) pour traduction Bois en français, mais la ressemblance est étrange. Le plus loin que j'ai pu aller est en Finistère à Locronan.
      Mon nom n'est pas répertorié et les porteurs du nom sont peu nombreux, le nom est en déclin car le rapport des naissances homme/femme semble être entre 1/3 et 1/5 par 20 ans (étude personnelle que j'ai faite), alors la branche s'éteint tout doucement !
      Je pense toutefois commander un test, par curiosité plus que par conviction.
      Si je pouvais faire un rapprochement avec vos tests, il faudrait que j'ai un(e) Le Gal ou Kergall qui puisse faire le test ?

      Hervé

      Supprimer
  3. Bonjour Hervé,

    Pour le moment il m'est difficile de dire comment les noms de famille sont proches les uns des autres car je n'ai pas encore d'exemple concret hormis ceux de ma famille. Cependant, des gens sont intéressés pour le faire aussi.

    Dans l'idéal, oui il faudrait que vous ayez un Le Gal et/ou un Kergall qui puisse faire le test et un homme car les femmes n'ont pas d'ADN Y et de préférence 2 branches distinctes.

    Vous me tenez au courant de la suite.

    A bientot,

    Joss.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello Josselin,

      Ouf vous êtes bien matinal, ou couche tard ?

      C'est décidé enfin, je me suis lancé... après moultes hésitations ! je vous cite dans mon article si cela ne vous gène pas ;)

      http://www.pencalet.com/index.php/articles/famille/200-apres-les-registres-quelle-demarche-pour-trouver-ses-origines

      Hervé

      Supprimer
    2. Bonjour Hervé,

      Pour le coup, couche tard...! Merci pour la citation. Pour 23andMe, il faut compter a peu près 1 semaine pour recevoir le kit et 1 semaine pour le renvoyer et environ 5 semaines pour les résultats.

      Faites moi part des résultats de vos haplogroupes des que vous les avez reçus.

      A bientot,

      Joss.

      Supprimer